dimanche 13 septembre 2015

Argentine du 9 au 10 septembre : Minas de Wandas, Chutes d'Iguazú



Mercredi 9 septembre :

Audrey et les enfants travaillent sérieusement pendant trois heures car demain, nous prévoyons de passer la journée entière aux chutes d’Iguazú, sans faire l’école. Pendant ce temps, je profite d’un accès à volonté à l’eau sur le parking d’une station service pour laver le camping-car qui est très sale avec les 200 kilomètres de pistes poussiéreuses que nous avons empruntées ces derniers jours ainsi que l’orage qui n’a rien arangé… 
Plein de diesel. Je privilégie à chaque plein la qualité supérieure de gasoil, cette dernière étant à 15 pesos, soit environ moins d’un euro le litre.
Nous faisons quelques dizaines de kilomètres avant d’arriver pour la pause de midi aux Minas de Wandas. Nous faisons une intéressante visite guidée des mines d’améthyste, de cristaux de roche et de citrine. La visite de l’exploitation se fait d’abord à ciel ouvert.
Nous marchons sur un sol de roches basaltiques dans lesquelles sont incrustées les gemmes, petits puits de quelques dizaines de centimètres, dont les parois sont tapissées des cristaux violets, blancs, marrons.

 
La visite se poursuit en accédant à la mine après avoir enfilés des casques.
 
L’intérieur est encore plus joli. Les mineurs sondent la paroi et quand ils tombent sur une géode, ils la dégagent à la dynamite puis à la barre à mine puis au marteau. L’exploitation d’une seule géode de quelques dizaines de centimètres peut prendre plusieurs jours.
 
Ce qui est étonnement est que la mine reste en exploitation pendant les visites touristiques. Nous croisons les mineurs en train de bricoler les fils de mise à feu des explosifs. Nous devons faire attention pour se pencher pour passer par-dessous ces fils qui traversent la mine.
 
A peine sortis de la mine et encore devant l’entrée, deux grosses déflagrations nous font sursauter. Nous terminons la visite par l'incroyable boutique avec les cristaux en vente sous toutes formes possibles.
 
Les enfants se font plaisir en achetant un porte-clés ainsi qu’un mobile-carillon avec des tranches de cristaux coupées et polies. 
Les fleurs rencontrées autour de ce site ainsi que les papillons sont superbes.
 
 
 

Nous reprenons la route. Les paysages changent radicalement. Ici, nous ne trouvons plus ne cultures (à part celle de yerba maté qui sert pour la boisson locale) ni d'élevages mais des forêts à perte de vue et des lignes droites encore plus droites...
Malgré les richesses créées par le tourisme dans cette région, tout le monde n'en profite pas. Nous apercevons beaucoup de petites maisons construites de bois et de tôles sur les bords de route.
Nous nous rapprochons du site des chutes d’Iguazú pour être sur place demain dès l’ouverture avant l’arrivée des dizaines de bus de touristes arrivant de l'aéroport international situé à 3 kilomètres des chutes côté argentin. Nous rentrons sur le parking des chutes mais on ne peut y rester pour la nuit. Nous tentons de dormir dans un petit chemin autour de l’entrée mais impossible également.
Nous avons en revanche la chance en cherchant un endroit pour passer la nuit de tomber sur un « troupeau » de papillons.

 
 
 
Ils sont des centaines, certainement des milliers à recouvrir le sol, serrés les uns contre les autres. Des minuscules violets, des de taille « normale » jaune, des gros de 10 centimètres de couleur noire. Nous nous approchons, ils prennent leur envol autour de nous. C’est magique.
Voici une petite vidéo sur ces magnifiques papillons :
Nous continuons à chercher une place de stationnement. Nous tentons le parking de l’aéroport mais beaucoup trop cher. Nous devons nous rabattre à 20 kilomètres de là pour aller dans la ville de Puerto Iguazú. Ville pas très agréable. C’est en fait là où sont concentrés tous les hôtels et restaurants.
Nous allons tout de même voir le belvédère de Hito 3 fronteras qui surplombe le confluent du  río Paraná et du río Iguazú. Nous avons donc un superbe point de vue sur trois pays : l’Argentine où nous sommes, le Paraguay et le Brésil. Chaque pays est représenté par une borne aux couleurs de son drapeau.
 
Nous finissons par trouver un parking, celui où la Police aux frontières surveille le passage à la frontière. Je leur demande si je peux passer la nuit ici. Ils me disent que oui, juste derrière eux. Nous devrions dormir en sécurité ce soir avec 2 policiers armés de mitraillette, à 10 mètres du camping-car.
Les enfants font appel à leur imagination pour faire une jolie aquarelle sur les chutes d’Iguazú.
 
Nous passons la soirée à regarder un documentaire passionnant sur ces chutes. 

Jeudi 10 septembre :

Déjà un mois que nous sommes partis de France, il ne nous reste plus que 11 mois de vacances… Ce premier mois a été très riche en découvertes.
Pour fêter ce premier mois de voyage, quoi de mieux que de visiter un site comme celui du parc des chutes d’Iguazú ! Le caractère spectaculaire du site et la sauvegarde de la forêt tropicale qui l’enserre lui ont valu d’être classé au Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’Unesco. Il paraît qu’« aucun autre endroit au monde, pas même Niagara ni les chutes du Zambèze n’impressionne par sa puissance ». On ne sait pas car on ne connaît pas les autres sites ! en tous cas, nous avons bien conscience de visiter les plus belles chutes au monde.
Le fleuve Iguazú long de 1320 kilomètres est large de 1500 mètres quand il entre dans ce parc national. Il forme alors une boucle serrée en U encombrée d’îlots. Les eaux se divisent avant de tomber sous forme de 270 chutes sur 2,7 kilomètres de large. 6 millions de litres par secondes se déversent ici.
Nous entrons donc dans ce parc dès son ouverture et avons la chance d’être parmi les premiers à emprunter le circuit inférieur, celui qui passe au pied des chutes hautes de 80 mètres. L’approche par ces passerelles très bien aménagées nous donnent une vue panoramique sur ce site majestueux.
Nous observons une colonie de martinets à têtes grises. Ces oiseaux ont la particularité de nicher accrochés à la paroi derrière les chutes pour se protéger des prédateurs.
Ces derniers prennent leur envol et foncent vers les chutes pour les traverser pour accéder à leurs nids.
 
Nous voyons de beaux arcs en ciel se former.
Les chutes vues du bas sont sensationnelles et le bruit donne vraiment une impression de puissance énorme…  
Nous respectons les consignes affichées.
La faune observée au sein de cette forêt tropicale est également superbe. Nous tombons sur quelques coatis ; ce sont des gros rongeurs de la même famille que celle des ratons-laveurs. Avec leurs longs museaux pointus, il creusent la terre pour chercher à manger.
 
Quatre petits singes sautent d'arbre en arbre au dessus de nos têtes.
La végétation tropicale est exubérante.
 
 
 
 
Nous observons pleins de papillons aux couleurs magnifiques.
Les oiseaux sont  également superbes. 
 
 
Nous continuons la visite par le circuit supérieur qui lui aussi emprunte une série de plusieurs centaines de mètres de passerelles avec un panorama superbe sur la forêt tropicale dense puis sur plusieurs points de vue en avancée sur les différents sauts.

Une nouvelle passerelle récemment installée permet de passer au dessus du saut San Martín.
  
Et là, c'est tout simplement incroyable !
 
 

Nous apercevons sur l’autre rive les touristes qui se promènent du côté brésilien.
Enfin, le clou de la visite est l’approche de la garganta del diablo ou la gorge du diable. Nous y accédons en petit train puis par une passerelle de 1100 mètres. En amont de celle-ci, le río Iguacú, très large mais assez calme. On ne peut pas imaginer ainsi ce qui peut se passer 10 mètres en aval.
Nous avançons au bout de la passerelle et là, wouahhhhhh ! Nous sommes juste au dessus de cet incroyable élément.
C’est difficile à décrire tellement l’émotion est forte quand nous sommes sur ce belvédère. Le nuage d’embruns haut d’une centaine de mètres nous trempe intégralement. Le bruit est assourdissant. C’est MAGIQUE… Nous lisons dans les guides qu’il s’agit d’un des plus beaux spectacles de la nature au monde, et nous voulons bien le croire...

Bon, on vous a un peu inondés de photos mais le choix n’était pas facile à faire...

Nous continuons vers le Brésil mais seulement pour y passer deux jours avant de passer au Paraguay en direction des missions jésuites de Trinidad.

Au fait, il semblerait que Dany le nain prenne un peu sur lui et se calme un peu. Suivez ses aventures dans l'épisode 6.

Article suivant : Brésil du 11 au 13 septembre : Parque das aves, Chûtes d'Iguazú côté brésilien, Survol en hélico des chutes, Barrage d'Itaipú

Article précédent : Argentine du 6 au 8 septembre : Parque Nacional de Teyú Cuaré, Missions jésuites de San Ignacio Miní. 

Retour à la page Argentine