mardi 11 août 2015

Les Mollalpagas à Istanbul...



Alors là, ça y est, on est parti pour de bon !

Lundi 10 août :

Après de difficiles au revoir à la famille, et une dernière petite nuit de sommeil agité à Fontaine Le Comte, le réveil sonne de bonne heure en ce lundi matin, direction Romegoux, pour y laisser notre voiture et y retrouver Eric, ami et client de Sylvain (encore un grand merci Eric !) venu nous chercher pour nous emmener à l’aéroport de Bordeaux. Petit café d’au revoir avec Eric avant de croiser par hasard, Catherine, Guillaume et Julie, amis et voisins… Re-petit café d’au revoir avec eux. Enfin, avec moins de hasard car cela était prévu, nous passons le temps qui nous sépare de notre vol avec Huguette, ma marraine venue nous faire un bisou avant notre départ. Donc re re café ! et encore quelques larmes versées avant de se laisser… Mais bon, ce seront les dernières. Il faut dire qu’on en a versées des larmes depuis quelques semaines à dire au revoir à notre famille et à nos amis. Heureusement qu'en même temps, on s’hydratait à prendre l’apéro avec eux ! Sinon, on serait tout desséchés.
Formalités d’enregistrement de bagages, de sécurité et douanière s’enchaînent et notre vol Turkish Airlines s’envole de Mérignac avec un peu de retard vers notre première destination ISTANBUL.

Les enfants et nous-mêmes découvrons et apprécions le grand service assuré par cette compagnie, digne d’une première classe sur nos compagnies européennes. Films, jeux avec télécommande, repas, dégustation de loukoums nous rendent les 4 heures de vol un peu moins longues. On verra s’il en sera de même sur les 18 heures de vol vendredi entre Istanbul et Buenos Aires…
Bon, pour ceux qui se posent la question « pourquoi passer par Istanbul pour aller en Amérique du sud ? » et bien, là encore , pourquoi pas… Bon, c’est une histoire de sous car les vols les moins chers vers Buenos Aires sont ceux pratiqués par cette compagnie et qui imposent de passer par leur hub situé ici, à Istanbul.
Le métro nous mène à notre petit hôtel réservé en plein centre ville du vieil Istanbul, petit thé de bienvenue, petit Skype pour rassurer papi et mamie que cela fonctionne bien et au lit sans manger. Bon, il faut dire que le gros repas servi à bord à 16h30 nous a bien calé.

Mardi 11 août :
Après une bonne nuit réparatrice, nous partons déambuler afin de faire découvrir Istanbul à Anaïs et Victor. Notre dernier voyage ici en amoureux nous avait séduits et c’est avec grand plaisir que nous remarchons au milieu de ces magnifiques monuments. Bruits et odeurs, donnent à cette ville une atmosphère tout particulièrement agréable.
Notre première visite nous fait découvrir l'un des monuments que nous avons préféré au cours de nos différents voyages : la Mosquée bleue. Quoi de mieux pour pénétrer le charme d’Istanbul…

Cette mosquée, considérée comme l’une des plus belles du monde musulman, est tout simplement grandiose, d’une part par ses dimensions, d’autre part, par son atmosphère créée par ses couleurs, ses matériaux, son éclairage.

Nous continuons ensuite notre visite en déambulant dans les rues du quartier de Sultanahmet. Nous passons devant la mosquée Sainte Sophie devenue aujourd’hui musée. 

Petite pause kebab réparatrice. Nous passons devant la gare de Sirkeci, terminus de l’ancien Orient Expres, train qui reliait Paris à Istanbul de 1883 à 1977.


Puis nous arrivons sur les rives du Bosphore. Ce détroit, coupant la ville d’Istanbul en deux parties, a une activité fluviale très intense permettant de relier grâce à ces nombreux bateaux les deux continents asiatique et européen.


Nous empruntons le pont de Galata et avec surprise découvrons un dauphin faisant quelques sauts dans l’eau. 
Nous montons les ruelles escarpées de Galata, traversons tout un quartier de revendeurs regroupés par profession. Ici, un magasin vend des robinets, un autre des roulements à billes, un autre des tuyaux... avant de monter dans le quartier du même nom. 

Petite sieste bien méritée pour notre petit Victor sur mes genoux au pied de la tour de Galata. Changement de décor et d’ambiance, en longeant la grande avenue de Beyoglu, bordée de grands magasins. Nous arrivons au terme de notre visite sur la fameuse place Taksim, place symbole du mouvement protestataire de 2013. 
Les revendications des manifestants allaient des préoccupations environnementales locales à des questions telles que les limitations de vente d'alcool, l'interdiction des baisers dans les transports publics à Istanbul, et la guerre en Syrie. Le 6 juin, six personnes étaient mortes, plus de 4000 manifestants (dont 14 journalistes) étaient blessés, dont 47 grièvement. 

Retour en funiculaire pour redescendre sur les rives du Bosphore puis retour en tramway à l’hôtel car nos 8 jambes sont bien fatiguées…

et pendant ce temps là, notre camping-car navigue toujours sur le bateau et se rapproche des côtes brésiliennes. Vous pouvez toujours suivre le GPS du bateau en cliquant ici.


Article suivant : "Fin de notre séjour à Istanbul"

Pour accéder aux derniers articles parus, cliquez dessus :

- le départ approche paru le 8 août