lundi 17 août 2015

¡ Estamos en Buenos Aires !



Samedi 15 août :

Réveil un peu matinal, dû au décalage horaire mais bonne nuit réparatrice tout de même. Matinée tranquille à se poser un peu et profiter de notre sympathique appartement duplex en plein quartier de San Telmo, l'un des plus anciens quartiers de la ville. Petites courses au supermarché du coin. Devoir par « mamantresse » (petit clin d’œil à Guillaume !) à nos deux enfants. Maths et français au programme.
Mise à jour du blog de mon côté. Réponses à vos nombreux mails qui nous font bien plaisir.
Promenade de 3 heures dans les rues de Buenos Aires dans le quartier Puerto Madero au bord de l’estuaire du Rio de la Plata. 
C’est l’ancien port de marchandises, devenu trop petit au début du siècle dernier, abandonné alors. On y trouve aujourd’hui d’anciens docks réhabilités en chics appartements au milieu desquels se construisent de grands immeubles de bureaux modernes. 
Nous empruntons le Puente de la Mujer pour changer de rive.

Ici, c’est l’hiver et la première journée de beau temps depuis quelques semaines. Il y a même eu d’importantes inondations à Buenos Aires. Beau soleil et grand ciel bleu. 16° mais à l’ombre, nous apprécions nos polaires et nos manteaux. Bref, une belle journée d’hiver… 
Les enfants sont à la recherche dans les rues des nombreux personnages. 

Retour à notre appartement car petit coup de fatigue général. Il n’est que 18h00 mais nous allons vite manger et aller nous coucher pas trop tard… au lit à 19h30 !

Dimanche 16 août :

Réveil à 4h pour moi, à 5h pour les enfants… Hier, nous faisions nos malins en se disant qu’on avait facilement encaissé le décalage horaire !
Câlins des enfants dans notre lit. Nous allumons la télé, les enfants regardent un dessin animé... en espagnol pendant 5 minutes et… éteignent la télé. Petit déj à 5h30. Ouh, la journée va être longue !
Dessin, Skype avec papi et devoirs s’enchaînent tranquillement.
Nous allons nous promener sur la Plaza de Mayo, épicentre de la ville. 
Ce serait le premier endroit où les espagnols se seraient installés. Son nom vient du jour de la formation du premier gouvernement argentin indépendant, le 25 mai 1810, après l’expulsion du vice-roi espagnol. Cette date symbolique est gravée sur l’obélisque au centre de la place.
Celle-ci est le lieu de rassemblement de la foule de Buenos Aires, notamment les manifestations des « mères de la place de mai », qui défilent en tournant en rond tous les jeudis après midi, coiffées de leur foulard blanc. L’association « Madres de la Plaza de Mayo » est, en Argentine, l’unique organisation de défense des droits de l'homme composée de femmes. Depuis près de trente ans, elles se battent pour retrouver leurs enfants enlevés par la dictature militaire (1976-1983). Le Parlement européen leur a délivré en 1992 le prix Sakharov pour la liberté de pensée.
Nous assistons à la fin d’une grande messe dans la Catedral Metropolitana. Cette dernière est remplie de monde.

Les enfants participant à la cérémonie se font inviter par le prêtre autour de l’autel. Victor se joint à eux et se voit offrir une poche de bonbons ! et revient vers nous, victorieux en nous disant : « Regarde ce que j’ai gagné ! ».

Nous voyons dans cette cathédrale le mausolée du Général don Jose San Martín, père de la nation et libérateur de l’Argentine. Son tombeau est surveillé par deux gardiens et une flamme éternelle brille en son hommage.
Nous visitons, toujours sur cette place, le Museo histórico nacional del Cabildo y de la revolución de Mayo. Il est abrité dans un très beau bâtiment, datant de l’époque coloniale. De 1580 à 1821, c’était le cœur administratif et économique de la ville.
Retour à l’appart' pour faire une sieste afin de récupérer du décalage horaire et tenter ainsi de se coucher un peu plus tard ce soir mais une fête pour les enfants du quartier de San Telmo s’est installée pour l’après-midi juste sous notre balcon. Nous apprenons qu'aujourd'hui a lieu comme chaque année  la journée nationale des enfants (d'où les bonbons reçus par Victor à l'église....). Nous mangeons vite avant qu’Anaïs et Victor redescendent et assistent à un spectacle de marionnettes. Ils se mêlent aux autres enfants, sautent sur le château gonflable, jouent au chamboule-tout, au baby-foot... Après une distribution de sachets de bonbons, un spectacle d'acrobates et de jongleurs les enchantent !
On essaye de faire traîner les enfants pour ne pas qu'ils s'endorment à 19 heures ! Deux émissions "C'est pas sorcier "sur l'aéroport de Roissy nous feront gagner une petite heure...

Lundi 17 août :

Nous sortons visiter le quartier de San Telmo. C'est le lieu où les premiers découvreurs et pionniers espagnols s'étaient fixés au 16ème siècle. Autrefois, quartier très chic, il est rentré en déclin à la fin du 19ème siècle quand les riches familles l'ont fui à cause des épidémies de fièvre jaune, pour investir les quartiers nord de la capitale. Le quartier est alors devenu bohème et a accueilli de nombreux immigrants européens, notamment italiens.
On retrouve donc dans ce quartier de grandes maisons de style colonial.



Nous traversons la Plaza Dorrego, investie par les brocanteurs et marchands de vieux livres et disques, véritable marché aux puces.
Sous une superbe charpente métallique, nous découvrons le Mercado de San Telmo. Dans ces halles, se côtoient bouchers, maraîchers, brocanteurs, antiquaires...
Malheureusement, quelques étals comme beaucoup de magasins dans Buenos Aires sont fermés depuis notre arrivée il y a 3 jours. Le 17 août est férié en hommage au Général don Jose San Martín. Nous y reviendrons faire un tour, surtout pour faire un tour chez le boucher. Il paraît qu'on est dans le pays de la viande mais pour l'instant, dans les seuls magasins ouverts, des petits Carrefour market (oui, ils sont là aussi !), hors de prix, la seule "viande" trouvée est sous forme de saucisse de Strasbourg ! (encore moins bonnes que chez nous et beaucoup plus chères). Espérons qu'une fois passé ce grand week-end, il y aura plus de choix dans les magasins...

Jour du souvenir du Général San Martin
Jour du souvenir du Général San Martin
Nous passons devant l'église de la Sainte Trinité, église orthodoxe russe coiffée de 5 superbes coupoles.
Enfin, la Basílica de Nuestra Señora de Bethlem nous offre sa superbe façade encadrée de deux jolis clochers recouverts de céramique. Dommage que l'intérieur ne soit pas aussi bien restauré. 
Victor me montre du doigt une statue et me demande "C'est Jésus ?" Je lui réponds que oui et enchaîne par "mais il est très connu lui, il est même en Argentine..."

Nous rentrons par la grande avenue Paseo Colón, bordée de jolis bâtiments tels des ministères.
De retour vers notre appartement dans le quartier de San Telmo, nous sommes toujours séduits par le phénomène de street art qui l'envahit.
De jolies fresques, tags et autres dessins couvrent certaines façades et rideaux métalliques de magasins. Mais je laisse le soin à Anaïs de vous en parler dans son cahier de voyage dans l'onglet de ce blog "le coin des enfants" ou en cliquant directement ici.

...et pendant ce temps là, notre camping-car navigue toujours sur le bateau et est en escale à Santos au Brésil. Il est toujours dans les temps. Vous pouvez toujours suivre le GPS du bateau en cliquant ici.

Article suivant : Descubrimos Buenos Aires

Pour accéder aux derniers articles parus, cliquez dessus :

- le départ approche paru le 8 août
- les mollalpagas à Istanbul paru le 11 août
- Fin de notre séjour à Istanbul paru le 15 août