mardi 8 septembre 2015

Le journal de bord d'Anaïs : Nous revoici en Argentine


1er septembre:

Aujourd'hui, nous remettons le camping-car à neuf : plein d'eau, essence, lessive. Nous avons passé la douane pour revenir en Argentine. Ce qui séparait l'Argentine et l'Uruguay était le grand fleuve Uruguay. Nous l'avons traversé grâce à un grand pont. Nous avons fait un très gros plein de courses dans un grand supermarché. C'est le plus grand supermarché que l'on a vu depuis qu'on est parti.

2 septembre:

Ce matin, nous avons roulé jusqu'à une petite ville appelée Colón. Nous nous sommes garés à côté d'un parc de jeux. Voici quelques jeux qu'on ne trouve pas forcément chez nous: une balançoire pour les enfants en fauteuil roulant, des chevaux à bascule extérieur et un tonneau suspendu qu'on chevauche.
Après, nous avons roulé jusqu'à une plage. Papa a sorti sa grosse pelle et on a fait un gros château de sable avec douze tours. Après, nous avons roulé jusqu'à la palmeraie. C'est un endroit plein de palmiers. Nous avons fait deux petites promenades et après, on a roulé en camping-car sur le chemin de la réserve. Nous avons vu des carpinchos. Il y avait des bébés avec leur mère qui faisait plus de trois fois leur taille.
 
Nous avons aussi vu des animaux, entre des renards et des loups appelés zorros. Nous avons aussi vu un tatou. Le tatou avait des poils sur la carapace. Nous avons dormi dans la réserve naturelle.

3 septembre:

Ce matin, nous avons fait une promenade dans la forêt, le long du fleuve Uruguay. C'était un parcours pour observer les oiseaux. Nous les avons bien entendus mais moins vus. Tout à coup, papa s'est arrêté. Nous lui avons demandé ce qu'il y avait. Il y avait une grosse araignée suspendue à sa toile juste devant les yeux de papa. Nous avons vu des fleurs rose fluo. Après, avec maman, nous sommes allés à la plage et nous avons trouvé de très jolies pierres orange et verte. On voit la lumière à travers.
 


Vendredi 4 septembre

Ce matin, nous sommes prêts pour nous aventurer dans une route toute cabossée. Pendant trois heures et demi, nous avons roulé pas vite du tout mais pourtant on sentait beaucoup les bosses.
Sur le chemin, on observe beaucoup d’animaux d’élevage : des zébus, des chevaux, des vaches, des moutons et des autruches. Arrivés à Colonia Pelegrini, nous sommes sortis du camping car et nous avons vu un crocodile, des carpinchos et un chat sauvage.
Après, nous avons traversé la lagune grâce à un petit pont de fer et de bois. Arrivés au village de la réserve naturelle, nous avons fait une promenade dans les rues. Beaucoup de maisons étaient en tôle et bois. Les rues étaient quadrillées. Le sol était fait de terre et de sable rouge. On est monté dans un mirador et nous avons observé le paysage. Il y avait des enfants qui faisaient du cheval sans selle. Après nous sommes allés dans un camping pour nous renseigner pour faire une ballade de nuit. Nous sommes allés faire une promenade sur une passerelle en bois qui était au dessus de la lagune et on a vu un crocodile et une grenouille. Avant de faire la ballade de nuit, papa nous a appelés pour voir des singes. Ils étaient suspendus aux branches et ils faisaient beaucoup de bruit. Quand on a fait la ballade de nuit, on a vu un tatou, des caïmans, lucioles. Dans le ciel, on a vu la voie lactée. 

Samedi 5 septembre

Ce matin, nous nous sommes levés de bonne heure puis nous sommes allés faire une ballade en bateau. Nous avons fait cette ballade très tôt car c’est le moment où il y a le plus d’animaux. On avait un gilet de sauvetage et on était très bien couverts. Nous avons d’abord traversé la lagune et nous sommes allés dans les marais. Nous avons vu plein de yakarés, un cerf de la pampa et des carpinchos.

 
Il y avait beaucoup d’oiseaux dont des petits oiseaux avec un ventre jaune. Ce sont mes préférés.
 
Nous avons aussi vu des loutres qui nageaient très très vite. Après la ballade, nous avons refait le même chemin que celui qu’on avait pris pour arriver. La soir, nous nous sommes garés sur un parking chez des gens qui tiennent un restaurant et qui ont un petit garçon. Nous avons pris un doudou de quand on était petit et nous lui avons offert. Il avait l’air de bien l’aimer.
 

Article suivant : "Sur le chemin des chutes d'Iguazú"

Article précédent : "Fin de mon séjour en Uruguay"

Retour à : Le journal de bord d'Anaïs