mardi 27 octobre 2015

Dany le nain - épisode 10



LE CARNET DE VOYAGE DE DANY LE NAIN – ÉPISODE 10 

Bon, ces derniers jours, j’ai rencontré pas mal de monde !
Mes premiers amis, je les ai rencontrés sur la plage d’Isla Escondida. Ils étaient là en famille. En tribu, plutôt. Enfin, les Mollalpagas appelaient ça un harem. Parce qu’il n’y avait qu’un mâle et des tas de femelles. Alors, quand j’ai entendu ça, j’ai réfléchi. C’est vrai, quoi rendez-vous compte ! Quand j’étais encore au magasin, avant d’être acheté, avec tous mes potes, à la CNJ (Confrérie des Nains de Jardin), je rêvais à une petite vie tranquille, au soleil, dans un massif de géraniums… Si quelqu’un m’avait dit que quelques mois plus tard, j’allais me retrouver au milieu d’un harem d’éléphants de mer ! …J’aurais bien rigolé ! De toute façon, je rigolais tout le temps, à la CNJ ! Dany la Blague, qu’ils m’appelaient… Mais ça je vous l’ai déjà dit.
Bon, alors, oui, j’étais en train de vous dire que j’ai fait la connaissance de quelques éléphants de mer très charmants.
Y’avait donc des tas de femelles, dont certaines avaient des petits. Ça avait pas l’air de les gêner d’être toutes là pour un seul mâle ! Y’en avait qui avaient l’air très amoureuses, vous auriez vu la façon dont elles le regardaient ! Bon, les autres, je crois qu’elles étaient juste là pour suivre les copines…
Et puis, y’avait Fernando, le mâle. Il était cool, Fernando. Il était là, comme un beau gosse, sur la plage, entouré de toutes ses copines… Il faisait tout le temps des blagues, alors on s’est bien entendus, lui et moi !
Mais, bon, j’ai découvert ensuite que Fernando, il faut pas l’énerver… Je vous dis ça, parce que, pendant que lui et moi, on essayait de se rappeler la blague du fou qui repeint son plafond – c’est dingue cette blague, tout le monde l’oublie ! – un autre mâle est arrivé sur sa parcelle de plage, parce que dans le harem de Fernando, y’avait une fille qu’il trouvait jolie. Et ça, ça lui a pas plu, à mon copain. Il s’est énervé, alors je lui ai dit que la meilleure des solutions était d’aller discuter avec l’intrus. Il m’a dit que j’avais peut-être raison, et il est parti le voir. Il avançait vachement vite, mon pote ! Ensuite, il a suivi mes conseils, et ils ont discuté calmement. Ça a duré longtemps, alors j’ai fait un petit somme. Quand je me suis réveillé, ils discutaient encore calmement, mais Fernando était grimpé sur lui et lui plaquait la tête contre le sol, en lui donnant des coups de boule ! Ensuite, Fernando l’a lâché en lui disant de plus jamais recommencer à draguer Frida. L’autre est parti en pleurnichant, et en disant qu’il allait le dire à sa maman. Mon copain est revenu un peu énervé.
J’ai voulu lui redonner le sourire, parce que l’autre était parti, et que c’était bon, Frida était là, tout allait bien… Alors je lui ai dit ça :
« Tu sais, ton prénom m’a toujours fait penser à cette chanson, là… tu sais… euh… ».
Il m’a regardé, énervé.
« Lâche moi, un peu ! Et puis si c’est le prénom de Frida qui te fait penser à ça, détrompe toi, j’aime pas la pop suédoise ! ».
Et il est parti. Il m’a laissé assis sur la plage, tout seul… Je me suis répété la phrase qu’il venait de me dire. J’ai pas compris.
Ensuite, les Mollalpagas sont venus me chercher, et on est partis.

Les autres personnes dont j’ai « fait la connaissance », je les ai rencontrées un peu plus tard, derrière un grillage, on ne sait pas trop pourquoi ils étaient là.
C’étaient des espèces de gros personnages laids et difformes, bariolés et géants. On s’est vite fait demandé nos prénoms – ils s’appelaient Grincheux, Simplet… les autres je sais plus – et mes aventuriers ont pris une photo. Mais le courant est pas trop passé entre nous. En même temps, comment voulez-vous engager une conversation avec quelqu’un qui s’appelle Simplet ? Ou Grincheux ! Ça donne pas très envie, parce que leurs noms doivent pas être anodins ! Et puis, bon, on m’a déjà répété mille fois de pas juger sur le physique, mais ils étaient vraiment moches !
Enfin bon, il s’est passé plein de trucs durant ces quelques jours !
Maintenant, direction la Terre de Feu ! « Mais y’a pas de feu  », comme dirait Victor ! Je l’aime bien, ce petit, il a l’air futé… Ça sera quelqu’un de bien, plus tard… Comme moi !

Épisode suivant : ÉPISODE 11

Épisode précédent : ÉPISODE 9

Retour à la page : Dany le nain