vendredi 13 novembre 2015

Dany le nain - épisode 12



LE CARNET DE VOYAGE DE DANY LE NAIN – ÉPISODE 12 

Vous vous souvenez de mon copain Dimitri ? Vous savez, le manchot… Eh bah ce matin, j’ai reçu une lettre… de lui ! 

M. Dany Le Nain,

Dans le sac qui pue le pâté au fond de la soute du

 camping car

Punta Arenas

Chili

« Salut mon pote,

C’est Dimi, tu te souviens de moi ? Bon je crois que oui, alors voilà, je t’écris pour te donner des nouvelles. Bon, alors, comme tu peux l’imaginer, il fait beau (enfin à peu près), je vais très bien, mes amis aussi… Enfin cool, quoi ! J’espère que toi aussi, donne moi de tes nouvelles, tu me manques…
Je t’embrasse,
Ton copain Dimitri  »

Alors ça m’a fait super plaisir et je lui ai renvoyé une lettre. Mais ce qui m’a fait encore plus plaisir, et qui m’a sûrement fait le plus plaisir depuis le début de notre voyage, c’est quand j’ai revu Rackham, un pote qui était avec moi chez Gifi, avant qu’on soit achetés. Je l’avais complètement oublié ! Mais faut que je vous explique comment on s’est revus, car c’est une rencontre pas comme les autres…
On était sur la route, et j’étais à demi somnolent, parce que ça faisait plusieurs heures qu’on roulait, et d’un coup, Sylvain, qui conduisait, a freiné ultra brutalement ! J’ai failli me retrouver par terre, mais c’est finalement la tour en Légo® de Victor qui s’y est retrouvée.
« Ma tour ! a crié Victor.
- Regardez ! a crié Sylvain en ouvrant sa portière. »
Il a sauté en dehors du camping-car, et s’est précipité vers le panneau de circulation. Sur celui-ci, on pouvait clairement lire, tracé à la bombe bleue : Dany 2015 ! IN-CROY-ABLE ! Mon nom écrit en bleu sur un panneau, au fin fond de l’Amérique du Sud… 
Qui avait fait ça ? Intrigués par ce mystère, ils ont décidé de s’arrêter  ici, pour manger dehors, en raison d’un curieux beau temps.
Alors je suis allé faire un tour à côté du panneau. Un bruit dans les fourrés a attiré mon attention, et un nain en est sorti. Il était vachement intimidant : grosse barbe rousse, tricorne de pirate sur la tête, longs cheveux noués dans un foulard, anneaux aux oreilles, sabre à la ceinture… Je vous interdis de vous moquer de moi, mais à ce moment-là, je me suis senti tout petit et ridicule.
« Holà, Marin d’eau douce, s’est exclamé le pirate, quel bon vent t’amène ?
- Euh…
- Non, dis-moi d’abord comment tu te prénommes !
- Euh… D-D-Dany…
- Dany ? Il y a fort longtemps, j’ai connu un Dany ! Il te ressemblait d’ailleurs…
- Ah..
-Chez… Chez Gifi ! 
-Gifi ? m’exclamai-je, étonné. Rackham ?
- Dany ! Heureux de te retrouver, Compagnon !
-Rackham… répétai-je l’air étonné.
- Oui, j’ai beaucoup changé, vois-tu, Moussaillon ! »
Et comment… Ah, ça, il avait changé, le Rackham. Chez Gifi, tout le monde l’appelait Pâquerette… Mais lui voulait qu’on l’appelle Rackham. Rackham le Rouge. Il rêvait d’être un pirate. Mais il avait pas du tout une tête de pirate, ah ça non… Une petite tête ronde de boutonneux, des cheveux roux bouclés comme la toison d’un mouton, un appareil dentaire, des lunettes… Tout le monde à la CNJ se moquait de lui, lui répétait qu’il finirait dans un parterre, pas sur une frégate. Peut-être même qu’il finirait là, sur une étagère du magasin. Les autre partaient un à un, parce qu’ils avaient fière allure, et lui restait là à attendre. Personne n’en voulait. Mais, un jour, une petite fille s’est perdue dans les rayons. Quand son père l’a retrouvée, tard le soir, avec la gérante du magasin, elle était là, endormie, au pied de notre étagère. La gérante l’a réveillée et lui a dit que si elle voulait, le magasin lui offrait un article à moins de 20 euros. Elle a levé les yeux sur nous et a montré Rackham du doigt. Elle est repartie avec lui. Ce que je ne savais pas, c’est que l’année d’après, elle est partie faire le tour du monde en bateau, avec sa famille, et elle a insisté pour emmener Rackham dans son coffre à jouets. A bord du bateau, elle s’est amusée avec sa mère à lui coudre des vêtements de pirate, et il est devenu leur mascotte, un peu comme moi avec les Mollalpagas ! Et voilà comment il s’est retrouvé ici…
Il sortit de sous sa veste une bombe de peinture bleue.
« Tu sais, je vous ai jamais oubliés, Compagnon ! Partout où on fait une halte, j’écris à la peinture un de vos noms sur un mur, où une porte, un panneau… C’est incroyable que tu sois tombé sur celui là pile au bon moment ! Le hasard fait bien les choses !
Un coup de klaxon retentit. Rackham me regarda d’un air désolé.
« Ils rappellent les enfants partis jouer. Ça veut dire qu’on repart. Ravi de t’avoir revu, Moussaillon ! Bon vent ! »
Et il est parti.
Je suis resté là, planté, à méditer sur cette incroyable histoire. Et puis les Mollalpagas ont pris une photo et on est repartis.
Plusieurs jours plus tard, on a vu des chutes d’eau magnifiques, et on a fait de longues balades.
On se dirige vers les glaciers et je suis très pressé de les voir, j’ai entendu dire qu’ils étaient d’une beauté glaçante !

Épisode suivant : ÉPISODE 13

Épisode précédent : ÉPISODE 11

Retour à la page : Dany le nain