mercredi 27 avril 2016

Les CE1 CE2 de Noëlle



Bonjour à tous les quatre !

Nous avons donc lu en classe vos reportages sur votre séjour à Sarayaku. Voilà les questions des enfants de la classe de CE1/CE2 :

Océane : quels sont les fruits que l’on voit sur la photo où Victor souffle dans la sarbacane ?
Ce sont des papayes.

Lily-Rose : avez-vous vu des serpents dans la forêt ?
Nous n’avons pas vu de serpents dans la forêt, mais on nous disait qu’il fallait faire très attention car ils pouvaient être très dangereux, surtout la nuit, car on pouvait marcher dessus sans les voir.

Leïla : quels animaux les chasseurs peuvent-ils tuer avec la sarbacane ? Comment peuvent-ils voir les animaux dans les arbres ?
Avec les flèches sans poison, ils pouvaient tuer des oiseaux. Avec les flèches empoisonnées, ils pouvaient tuer des cochons sauvages, des singes… Les hommes savent chasser à la sarbacane, mais ils utilisent aussi des fusils. Pour que les oiseaux approchent, ils imitent leur cri. Pour voir les animaux dans les arbres, ils sont très attentifs.

Enzo : avez-vous vu des animaux sauvages dans la forêt ?
On n’a pas vu d’animaux sauvages mais par contre on a vu plein d’insectes et surtout des fourmis congas qui sont énormes et qui peuvent nous mordre et nous faire très mal.

Romane : comment les femmes attachent-elles les mèches de cheveux pour peindre les poteries ?
Les mèches de cheveux sont attachées à un bâton avec un lien recouvert de terre.

Louis : y a-t-il des toilettes dans le village ? Est-ce que ce sont des toilettes sèches ?
Dans l’endroit où on habitait, il y avait des toilettes comme en France, avec une chasse d’eau. Par contre, c’était dans un petit bâtiment à part de la maison. Mais dans le reste du village, on n’a pas vu ces petits bâtiments à part. Sans doute que beaucoup de gens vont dans la forêt pour aller aux toilettes.

Clara : à quoi ressemble le goût de la boisson à base de yuka ?
Nous n’avons pas trop aimé car c’était un goût très nouveau pour nous et c’était aigre, un peu acide. Mais par contre, on en a bu parce que c’était poli et pour eux, c’est un signe de partage, d’accueil, d’amitié.

Ethan : combien de temps avez-vous volé en avion avant de retrouver votre camion ?
On a volé une demi-heure. C’était beaucoup moins long qu’en canoë parce qu’on allait tout droit alors que le fleuve faisait des zigzags. En avion on voyait une grande étendue verte et on se rendait compte que l’Amazonie était géante.

Niels : combien a coûté ce séjour et le vol en avion ?
Ce séjour a côté 400$ par personne pour 5 jours. Dans ce coût, il y avait 120$ de transport (4x4, canoë, avionnette). Sur les 280$ restant, 60% étaient pour financer des projets dans la communauté.

Roman : avez-vous utilisé l’eau de la rivière ?
Oui, pour laver nos bottes !

Emilie : quels poissons pêche-t-on dans la rivière ?
On a mangé un délicieux poisson qu’ils avaient pêché dans le fleuve et qui s’appelait le bagre.

Charlotte : comment vous laviez-vous ? Avec quelle eau ?
On avait une petite douche froide et en extérieur. Mais les gens se lavaient dans un petit cours d’eau derrière la maison. (L’eau de la douche venait sans doute du même cours d’eau).

Emmanuel : quelle eau buviez-vous ?
Les gens du village boivent l’eau d’une source, mais nous, on buvait de l’eau en bouteilles car ils avaient peur qu’on soit malade.

Emma : quel est le poids d’une machette ?
Ca doit peser environ 200g.

Ethan : avez-vous mangé autre chose que de la banane plantain et des œufs ?
Il y avait presque tout le temps du riz, on a aussi mangé des frites. On mangeait beaucoup d’avocats. Les repas étaient énormes et délicieux.

Emilie : avez-vous mangé des noix de coco ?
Non.

Louis : comment se soignent les personnes ?
Nous avons vu un petit hôpital à Sarayaku. Mais quand c’est plus grave, les gens vont à l’hôpital de la ville de Puyo. Il n’y a pas d’hélicoptère qui vient les chercher car son vent pourrait enlever les toits. Il y avait un petit garçon qu’on voyait tous les jours, qui s’était cassé le bras. Son papa a dû l’amener à l’hôpital à Puyo en canoë et en 4x4 (il a fallu plusieurs heures de transport).

Léa BT : utilise-t-on des plantes médicinales ?
Oui, les chamanes les utilisent. Les chamanes, c’est une autre sorte de docteur. Ils utilisent des plantes et ils font des prières. Le matin, papa et maman buvaient une infusion de Wayusa, c’est une plante qui donne de l’énergie. Ils nous ont dit que cette plante est utilisée pour faire des boissons énergisantes comme le Red Bull.

Maîtresse Noëlle : avec quoi est produite l’électricité (1h par jour) ? Avec des panneaux photovoltaïques ? Si la production n’est pas très importante est-ce parce qu’il pleut souvent ou parce que le matériel n’est pas bien entretenu ?
L’électricité est produite avec des panneaux solaires mais les batteries ne fonctionnent presque plus. Une batterie coûte 400 euros et dure une dizaine d’années ce qui est une fortune ici et les familles ne peuvent pas investir ces sommes.

N’hésitez pas à nous poser d’autres questions !
Merci pour votre participation à ce blog. En espérant vous donner l’envie de voyager quand vous serez grand !
Bises, les Mollalpagas