mercredi 27 avril 2016

Le journal de bord d'Anaïs : Autour de Quito




Mercredi 23 mars

Ce matin, on est resté un peu devant l’agence où on avait organisé l’excursion. Gerardo est venu prendre un café dans le camping-car. Après, on a pris la route et on est arrivé à Saquisilí, qui est à 3000 mètres d’altitude dans les montagnes. Pendant la route, on a regardé Robosapien. Le soir, on a joué dans un petit parc de jeux.

Jeudi 24 mars

Ce matin, on s’est promené dans le marché de Saquisilí. Les gens vendaient beaucoup de fruits et de légumes.

Il y avait une toute petite partie d’artisanat et à côté, il avait des gens qui jouaient de la musique. C’était une fanfare. Il y avait beaucoup de monde et pour se déplacer, c’était difficile. Il y avait des endroits où ça sentait bon, comme les endroits où on vendait du pain et des endroits où ça ne sentait pas bon comme à l’endroit des poules. Il y avait beaucoup de bruit car chaque personne voulait qu’on prenne les aliments chez lui. Ensuite, on est allé dans le parc national du Cotopaxi. C’est un volcan qui est en éruption depuis un an et c’est pour ça qu’on ne peut plus y monter.
Quand maman était venue en Equateur il y a 15 ans, elle avait pu y monter. Le Cotopaxi, on ne l’a pas beaucoup vu car il était dans les nuages. On a fait une balade autour du lac et on était à 4000 mètres. C’était dur de respirer. 

Vendredi 25 mars

Ce matin, on est resté dans un petit village pour faire le blog. L’après-midi, on est venu dans une petite ville à côté de Quito. Avec Victor, on est allé jouer dans un parc de jeux où je me suis fait plein de copines.
Maintenant, comme je parle mieux espagnol qu’au début du voyage, j’arrive mieux à communiquer avec les enfants. On a joué à loup touche-touche. Le soir, on a regardé une émission qui s’appelle « voyage en terre inconnue » avec Arthur chez les Quechuas. 

Samedi 26 mars
 
Aujourd’hui, on est resté au parking devant les jeux sauf que je ne pouvais pas y aller car il y avait des vaches installées aux pieds des toboggans, en bas des barres, et sur les jeux de sport. Après, on a roulé et on est arrivé à Papallacta. On était 3300 mètres. Il ne faisait pas beau. Du coup, on est resté à faire des jeux de société dans le camping-car. 

Dimanche 27 mars

Ce matin, on est allé aux thermes dès 8h30 car après il allait y avoir beaucoup de monde… et il y avait déjà beaucoup de monde.
Les thermes étaient très chauds mais il y avait deux petits bassins glacés pour se rafraîchir. Il y avait des bassins où on pouvait nager et c’était bien même si je n’avais pas pied. Il y avait beaucoup d’arbres autour de nous et j’ai vu un colibri. A un moment, des français sont arrivés et j’ai parlé avec les deux filles. Il y en avait une qui avait douze ans et l’autre cinq ans. Elles habitent en Equateur : elles parlent très bien français et espagnol. Ensuite, on a roulé vers la ligne équatoriale. Nous sommes allés dehors et Victor était dans l’hémisphère nord et moi dans l’hémisphère sud et on se touchait les mains : incroyable non ?
Après, papa est parti chercher un œuf dans le camping-car et on l’a mis sur la ligne équatoriale : il tenait debout !
Ensuite, nous avons entendu les cloches et nous avons couru vers le camping-car. Dedans, il y avait plein d’œufs en chocolat, car aujourd’hui, c’est Pâques !



Lundi 28 mars

Ce matin, nous sommes allés visiter le vrai milieu du monde, c'est-à-dire que nous avons vu un monument. C’était une grande horloge solaire. Il y a une grande tour qui sert d’aiguille. Il y a des grandes lignes de pierres de couleurs différentes qui font les chiffres. Le 21 mars, le soleil passe juste sur la ligne de l’équateur.
Après, nous avons roulé jusqu’à une lagune à 3800 mètres d’altitude. Mais, comme il y avait beaucoup de nuages, de pluie et d’orage, on n’a rien pu voir, du coup, on a fait des jeux de société, on a regardé des documentaires sur l’Equateur et maman a fait des bonnes crêpes !

Mardi 29 mars

Ce matin, les montagnes étaient dégagées donc on a pu voir les volcans et l’eau claire de la lagune.
Papa et maman ont dit qu’on prendrait le petit déj’ dehors et qu’après, on ferait du bateau. Le bateau, c’était trop bien ! L’eau était noire et bleue très foncée, mais transparente en même temps. La lagune était en forme de lune. Quand on est rentré au camping-car, il y a des français qui sont arrivés et on a discuté ensemble. Il y avait un monsieur qui habitait ici et un couple qui habitait en France. Après, avec Victor, j’ai joué autour de la lagune et c’était trop bien. En fait il y avait une autre petite lagune à côté et on s’amusait à en faire le tour. Après, on a roulé jusqu’au village de Peguche. D’après, on a fait une balade auprès d’une cascade. Quand on s’avançait, on était mouillé car elle tombait de haut.
Ensuite, on est allé voir un endroit où on fabriquait des instruments de musique. Le monsieur en a joué. Il nous a montré des instruments qui venaient plutôt d’équateur comme la flûte de pan et l’ocarina. On a acheté un ocarina, une quena et Victor s’est acheté une pallas.
Ensuite, on est allé voir un monsieur qui tissait des tableaux. Il nous a montré comment il faisait. Le métier à tisser était fait en bois. Ca m’a semblé très dur. Il m’a expliqué qu’il lui a fallu plus de 10 ans pour apprendre à tisser.


Mercredi 30 mars

Ce matin, on a marché dans les allées du marché d’Otavalo.
Il y avait plein de stands où ils vendaient des tissages. Je me suis acheté un petit tissage, un petit tableau, un colibri fait avec des feuilles, des fleurs et des morceaux de bois, un colibri peint sur une plume et deux bracelets. On a vu un monsieur qui fabriquait des instruments de musique et il nous a montré comment se jouait le charango et la flûte de pan. On a aussi vu une dame qui vendait des bijoux d’Amazonie faits avec des graines et ils étaient très jolis. Ensuite, on est allé à Cotacachi. On a visité un petit musée. Il expliquait les traditions de la région. On a vu une maquette qui montrait la forme de la région. Elle a une forme ressemblant à l’Amérique du Sud. On est allé dans des magasins où ils fabriquaient des objets en cuir. On a vu des bottes, des porte-monnaie, des sièges. 

Jeudi 31 mars

Aujourd’hui, on a vu une très belle lagune, la lagune de Cuicocha.
Elle était très belle et papa a pris de très jolies photos. Au milieu de la lagune, il y avait deux îles.
Ensuite, on est allé à San Antonio de Ibarra. On a vu de très jolis objets en bois. Je me suis offert un petit hibou en bois, sculpté par Luis Potosí. 

Vendredi 1er avril

Ce matin, papa et maman ont dit qu’on allait changer de moyen de transport et qu’on quitterait le camping-car pour prendre un bateau à la place. Du coup, on a roulé pendant assez longtemps jusqu’à la mer où un bateau nous attendait. On a vendu le camping-car à un monsieur et une dame qui avaient trois enfants. Ils avaient une fille qui était très gentille et on a beaucoup joué ensemble. Après, on a installé toutes nos affaires et on est parti vers le sud-ouest pour aller à Tahiti. Poisson d’avril ! Nous sommes toujours dans la sierra et on garde notre cher petit camping-car !
Ce matin, avec Victor, nous avons confectionné des poissons et nous les avons accrochés dans le dos de papa et maman. Avec papa, nous n’avons réussi que deux fois car il nous voyait tout le temps. Après, nous sommes allés nous promener dans Ibarra. Il y avait une place entourée de beaux monuments. Ensuite, nous avons mangé dans un marché couvert.
Il y avait beaucoup de nourriture et comme on n’avait pas tout mangé, on a emmené ce qui restait dans un petit sac. Ca évite de gaspiller et ça se fait beaucoup en Equateur. Ensuite, nous sommes allés à Otavalo et nous avons joué dans un parc de jeux. Il y avait un groupe d’enfants et nous avons joué avec eux. Il y avait des tourniquets, une très grande structure de jeux, des balançoires, et deux géants toboggans. 

Samedi 2 avril

Ce matin, nous nous sommes levés tôt et nous n’avons pas fait école car nous voulions voir le marché aux bestiaux d’Otavalo. Il y avait beaucoup de vaches, de porcelets, de cuis (gros hamsters), des poules, des canards, des dindons.
Il y avait beaucoup de bruits car il y avait beaucoup d’animaux. Après, on s’est promené dans le reste du marché. On entendait partout des gens crier : « un dollar, un dollar las tomates ». Ensuite, on a roulé jusqu’à Quito, la capitale de l’Equateur et on s’est garé près d’un grand espace vert. Cet après-midi, comme il pleuvait beaucoup, nous sommes restés dans le camping-car et j’ai fait de l’art plastique.

Article suivant : Mon séjour aux Galápagos

Article précédent : Du nord du Pérou à la forêt amazonienne en Equateur

Retour à : Le journal de bord d'Anaïs