mardi 12 janvier 2016

Argentine du 2 au 7 janvier : Puente del Inca, Aconcagua, Mendoza, Uspallata, parc national El Leoncito, Barreal

922 km parcourus du 2 au 7 janvier
15 580 km parcourus depuis le départ



Samedi 2 janvier :

Nous avons passé notre dernière nuit au Chili avant d’y revenir dans quelques semaines. Nous sommes dans la ville de Los Andes au pied de la cordillère des Andes. En arrivant dans cette ville hier, alors que nous étions partis du Pacifique le matin même, l’approche de cette barrière montagneuse était superbe. Nous avons dormi sur le parking du supermarché Jumbo afin de bénéficier du wifi de la cafétéria. A 20 heures, le gardien vient nous dire gentiment qu’on ne peut pas rester là. Je lui réponds gentiment que ça ne m’arrange pas. Il m’envoie son chef. Idem. Il me dit de voir avec son chef (donc le chef du chef du gardien du parking du supermarché Jumbo, vous suivez ?) mais qui arrive à 22 heures. Pile poil à l’heure, un gros 4x4 rutilant arrive. Le chef du chef du gardien vient me voir et me dit tout de suite qu’il n’y a aucun problème pour que nous passions la nuit ici. Ouf. Je tire les rideaux. Puis ça frappe à la porte. Le p’tit chef m’explique à son tour qu’il n’y a aucun problème pour que nous passions la nuit ici. Ouf. Avant de retirer les rideaux, j’attends que le gardien, à son tour vienne me dire la même chose. Mais non.
Le frigo semble marcher un peu mieux depuis quelques jours... et la température est autour de 10°... c’est pas mal ! L’avantage est que le beurre est hyper facile à tartiner.
La matinée se passe sur le net et un gros plein de courses en vue du passage prochain en Argentine où la vie est un peu plus chère et les produits un peu moins variés.
Début d’après-midi, nous attaquons les Andes. C’est la première fois que nous les franchissons aussi haut. Les autres passages n’excédaient pas les 2000 mètres. La route, en bon état, passe de 1000 à 3200 mètres en quelques dizaines de kilomètres.
Une trentaine de virages en épingle à cheveux nous offre un joli panorama.
Il y a pas mal de circulation en raison de tous les argentins qui partent en vacances au Chili.
Nous faisons une petite pause dans une station de ski au pied d’une jolie lagune.
Puis, rendus à 3200 mètres, le Tunel del Cristo Redentor nous évite d’avoir à monter encore plus haut par une route en lacets. Nous passons ainsi sous des hauts sommets. Le milieu du tunnel marque la frontière entre le Chili et l’Argentine.
De l’autre côté, une ancienne voie de chemin de fer désaffectée longe la route. Il n’y a plus de voies ferrées en Argentine. Les paysages sont superbes.

Il s’empile en hiver 3 mètres de neige par -15 à -30°.
Le poste de frontière se situe 20 km après la limite géographique entre les deux pays. Nous mettrons une heure à le passer car beaucoup de monde attend pour entrer en Argentine en cette fin de période de Noël. Nous prenons en stop deux étudiants en médecine français en stage à Córdoba. L’attente au poste frontière est moins longue, une bière à la main. Nous avons pris soin de cacher les quelques fruits, légumes et produits frais au coffre-fort car nous n’avons pas le droit d’en entrer dans  cette région d’Argentine. Finalement, le camping-car n’est pas fouillé, pas plus que celui de la Mamayouria devant nous, qui avait pris soin de cacher ses produits frais dans les recoins de ses placards de salle de bain...



Nous descendons de 500 mètres d’altitude et nous arrêtons au hameau de Puente del Inca, un improbable village où quelques habitants semblent vivre avec un niveau de vie pas très élevé.


Le village abrite un étonnant et extraordinaire site naturel ayant donné le nom au village : Puente del Inca.
Perchée à 2720 mètres d’altitude, une arche naturelle est recouverte de concrétions calcaires jaunâtres. Un pont de neige très solide s’était autrefois constitué avant d’être recouvert par des débris d’éboulis. Ces derniers se sont retrouvés cimentés par le calcaire provenant des eaux thermales. La neige a fondu et il reste un pont qui surplombe le río Cuevas.


Nous voyons les vestiges de la station thermale où coulent des eaux à 35°.
Ce site a accueilli très tôt des visiteurs par une ligne de chemin de fer et la construction d’un hôtel de luxe en 1920, détruit 45 ans plus tard par une avalanche.
Nous retrouvons Marie et Manu (la Mamayouria) et attendons Thifaine et David, autres voyageurs que nous avions croisés à Chiloé, à Chillán, à Villarica... Nous ne devions plus les croiser car ils ont prévu de passer en Amérique Centrale et de repartir des États-Unis. Mais, rencontrant des problèmes mécaniques (perte de puissance) liés à l’altitude (certainement des problèmes de vanne EGR ou de filtre à particules), ils ont trouvé plus sage de rebrousser chemin et de monter au nord du Chili en longeant la côte Pacifique. Ce qui ne les dérange pas car le fil conducteur de leur voyage est de partager tous les 5 leur passion de surf et de kite.
Petit bivouac sympa devant l’ancienne gare reconvertie en hôtel.

Nous nous retrouvons donc à passer une agréable soirée, les 6 adultes dans le van de la Mamayouria, les enfants répartis dans les autres camping-cars. A 1h30, nous partons nous coucher pour prendre des forces en prévision d’une rando ensemble demain.

Dimanche 3 janvier :

Nous entrons dans le parc provincial de l’Aconcagua, deuxième plus haut sommet du monde, perché à 6962 mètres d’altitude, conquis pour la première fois en 1897 par un suisse. Une momie inca a pourtant été retrouvée à 5300 mètres.


Bien décidés, nous partons acheter nos billets au centre des visiteurs nous permettant de faire une marche d’approche de 5 heures qui monte à 3500 mètres d’altitude. A notre grande déception, la rando n’est pas permise aux moins de 16 ans. Le pique-nique étant déjà préparé et les gourdes remplies (d’eau), nous nous contentons d’un petit sentier.
Mais quel ne fut pas notre étonnement et notre satisfaction de le parcourir sur quelques kilomètres et de découvrir un incroyable paysage. Les montagnes sont de toutes les couleurs. Autour de nous, les pics culminent à 4000, 5000, 6000 mètres !

Et puis, nous avons la chance de voir l’Aconcagua qui n’a pas la tête dans les nuages. Cependant, étant déjà à 3200 mètres, nous avons du mal à nous rendre compte que cette montagne qui nous fait face, frôle les 7 km d’altitude.
La rivière qui en descend est très chargée en sédiments. L’eau érode la montagne rouge et en prend ainsi la même couleur.
D’énormes rochers datant de l’époque glaciaire sont dans le lit de la rivière.
Nous arrivons à la lagune Espejo dans laquelle se reflète l’Aconcagua.
Petite pause pour immortaliser ce moment.
A quoi reconnaît-on des bretons ?
Pique-nique très sympa avant de redescendre.
De retour à nos camping-cars et un dernier petit café partagé, nos chemins se séparent.
En contrebas du village, nous nous arrêtons au cimetière des alpinistes andins décédés sur l’Aconcagua. Les plus anciennes sépultures ont une centaine d’années. Les chaussures des alpinistes sont accrochées aux tombes.
Nous rencontrons et discutons un peu avec des voyageurs traversant les Amériques et ayant aménagé un hôtel mobile dans leur véhicule.
Puis, nous commençons à descendre vers Mendoza situé à 160 km et 2000 mètres plus bas. La route est parmi les plus belles empruntées jusqu’à présent.


Les montagnes sont de toutes les couleurs : rouge, marron, orange, jaune, grise, noire, verte... tout simplement magique.


Sur le bord de la route, comme partout en Argentine, nous retrouvons les sanctuaires entourés de centaines de bouteilles plastiques.
Même en conduisant, j’arrive à bien en profiter des paysages car la descente est toute douce et nous descendons de 2000 mètres quasiment sans freiner et juste au frein moteur.


Nous arrivons sur des hauts plateaux, perchés à 1000 mètres d’altitude que nous allons conserver jusqu’à Mendoza.
Les paysages verdissent et nous trouvons les fameuses vignes de cette région qui produit 95% du vin d’Argentine.

Le frigo ne marche plus et il fait 20° dedans. C’est moche !
Pas d’apéro. On se met à la diète.
Nous bivouaquons dans une station YPF à l’approche de Mendoza, restons jusqu’à 1heure du matin sur internet et préparons la suite de notre itinéraire et notamment l’arrivée de nos amis et de notre famille. Il est en effet temps pour eux de réserver les billets d’avion. 

Lundi 4 janvier :

Après l’école, nous affrontons la circulation anarchique et chaotique du centre ville de Mendoza, quatrième ville du pays, avec 1 million d’habitants. Nous nous sommes fait envoyer un colis à une adresse d’un contact que nous avions sur place (Merci Ariel !) et nous devons le récupérer.
Par chance, nous trouvons quelques cuadras plus loin une place capable d’accueillir nos 7,30 mètres de long. Nous y déjeunons et partons visiter la ville.



Nous sommes en pleine période de vacances et la ville est bien endormie, d’autant plus que jusqu’à 17 heures, la majorité des boutiques et commerces sont fermés. Nous sillonnons les quelques cuadras autour de la place de l’Indépendance.
Comme la majorité des villes d’Amérique du sud, toutes les rues sont tracées en cuadras, des blocs de 100 à 200 mètres de côté. Les maisons sont numérotées de 0 à 100 dans la première cuadra, de 200 à 300 dans la deuxième... Les rues sont souvent à sens unique. Le sens de circulation est marqué sur les panneaux de rues. Il est ainsi, en général, facile de se repérer dans les villes.
Mendoza a la particularité d’avoir de larges avenues en tunnel de verdure. Elles sont toutes plantées d’arbres qui masquent les façades. La ville est aérée, verte contrastant avec ses façades un peu grises.
Côté monument, nous avons été un peu déçus. Fondée en 1561 au pied de la Cordillère des Andes, elle fut entièrement détruite 300 ans plus tard par un tremblement de terre puis par un gigantesque incendie. Il reste donc très peu de témoignages du passé colonial.


Nous empruntons un des nombreux passages, le Pasaje San Martín abritant une multitude de boutiques, aujourd’hui fermées. Mais l’intérêt de ce monument de 1926 est dans ces splendides verrières colorées.

La Plaza Independencía est le centre névralgique de la ville. Elle est bordée de quelques façades néoclassiques.  En son centre, de nombreuses essences d’arbres ont été plantées.

Autour de cette place principale, à 2 cuadras, 4 autres petites places forment un quadrilatère. Parmi elles, la mignonne Plaza España.

Une grande fontaine carrelée de style mauresque de même que ses lampadaires en fer forgé et une immense fresque en azulejos sont un don de l’Espagne à l’Argentine.
Petite leçon d’histoire pour Anaïs, en parfaite harmonie avec sa leçon de demain sur la découverte du Nouveau Monde. Victor tend une oreille et cela fait évidemment écho avec la visite du bateau de Magellan à Punta Arenas.
Il y a aussi la Plaza San Martín, dédiée au libérateur de l’Argentine. Le général s’était servi de Mendoza comme base pour constituer son armée.
Dans l’un de ses angles, nous visitons un superbe édifice de 1928, l’ancienne Banco Hipotecario de style néo-renaissance espagnole.
Des expos sont abritées au rez-de-chaussée et nous permettent d’apprécier l’architecture intérieure de ce monument.

A l’angle opposé, la Basilique San Francisco de 1875, fermée lors de notre passage.
Un peu plus loin, la Banco de Mendoza, devenue également centre d’exposition, dans sa magnifique salle à rotonde.

Nous ne traînons pas plus dans la ville, même si nous avons apprécié d'en arpenter son centre historique. Après Santiago et Valparaíso ces derniers jours, nous saturons un peu des grandes agglomérations et aspirons à des grands espaces et à de la nature avec un air plus respirable.
Échange d’une bouteille de gaz argentine car nos deux bouteilles sont vides.
Nous cherchons à sortir de Mendoza et au bout de 15 kilomètres en pleine ville sur des routes dans un état catastrophique, nous nous rendons compte que la route que nous comptions prendre est en fait un ripio inaccessible à des véhicules non 4x4. Nous rebroussons chemin et avons perdu 1h15 à se prendre la tête à faire 30 kilomètres pour rien...
Nous faisons demi-tour et nous rapprochons de la Cordillère des Andes par la même route empruntée depuis le Chili, la fameuse ruta 7 qui traverse cette barrière montagneuse.

Nous arrivons le soir à Uspallata, carrefour routier et dernier bourg avant la frontière. Alex et JB ont aussi emprunté la même route et nous dormirons à côté d’eux, sans veiller tard car il faut qu’on redevienne sérieux et que l’on reprenne un petit rythme.

Mardi 5 janvier :

Matinée école, et internet à surfer sur les sites de billets d’avions. Nous cherchons les billets pour la famille qui va nous rejoindre en Bolivie. Nous réservons nos 4 billets pour notre lune de miel aux Galápagos au mois d’Avril. Puis, avec grande tristesse, nous réservons nos billets de retour en France... le 28 juillet. Le camping-car attendra seul à Montevideo son embarquement à destination d’Anvers ou de Bremerhaven.
Nous changeons notre parcours. Au lieu de revenir après la Bolivie dans le Nord Ouest de l’Argentine, nous passerons directement au Brésil en passant au nord du Paraguay.
L’après-midi, nous partons faire recharger notre bouteille de gaz française derrière la station YPF du bourg. Un vieux monsieur au premier abord pas très aimable (mais en tous cas plus aimable que sa femme !) semble vivre de cette activité... pas très sécurisée. Il remplit par gravité à partir d’une grosse bouteille suspendue à l’envers par un système de palan ma bouteille de 13 kg.

Il doit s’y reprendre à trois reprises car il doit au fur et à mesure du remplissage évacuer l’air. Ses raccords laissent échapper autant de gaz dans l’air qu’il en met dans ma bouteille. Sa femme est sur le pas de la porte et fume sa cigarette.
Après quelques courses en vue de l’asado de ce soir, nous partons visiter un superbe site, la colline aux 7 couleurs. Pour arriver à ce site, le ripio de 10 kilomètres traverse de splendides paysages montagneux.

La colline aux 7 couleurs, comme son nom l’indique, est colorée de vert, rouge, orange, marron, gris, blanc, violet... C’est superbe.




Puis, nous quittons Uspallata par le nord par le joli bitume de la ruta 149 qui au bout d’une vingtaine de km se transforme en bon ripio sur environ 50 kilomètres.
A gauche, la cordillère a la tête dans les nuages. A droite, la chaîne montagneuse que nous longeons s’endort sous le soleil couchant. Magnifique.


Nous arrivons à un barrage routier où nous sommes censés être contrôlés sur l’état de fraîcheur de nos  fruits et légumes. L’heure tardive fait que les douaniers nous font signe de passer.
Bizarrement, le ripio se transforme en un bitume comme nous n’en avons pas encore vu en 15 000 kilomètres et digne de la qualité de ceux qu’on trouve sur nos autoroutes françaises. Incroyable de trouver une aussi jolie route dans un coin aussi paumé. Les bretons passés quelques jours avant y ont d'ailleurs fait du skate !

Nous voyons des guanacos fuir le bruit des rares véhicules empruntant cette route. Nous récupérons la planche de surf perdue quelques heures plus tôt par Alex et JB, que nous devons retrouver ce soir.
Nous entrons dans le parc national El Leoncito. Nous y retrouvons à 20 heures, Alex et JB comme convenu mais aussi la Mamayouria.

Apéro, mise en route du barbecue puis nous partons à 21 heures à l’observatoire astronomique.
Nous sommes dans un espace de pureté du ciel, qui permet l’observation des astres. Bon le ciel est un peu nuageux ce soir mais la visite a quelque chose de magique pour les enfants. Notre guide, équipé d’un faisceau laser nous montre différentes constellations. Deux gros télescopes permettent de voir le scintillement d’étoiles dont Sirius qui impressionne Anaïs et Victor.


23h30, il est temps de reprendre l’apéro et de raviver les braises avant de poser sur la grille de beaux morceaux de viande rouge que nous partageons, une fois les enfants couchés qui se sont régalés d’une crêpe-party préparée par Marie.
Bien entendu, tout cela se fait après quelques verres de Fernet Coca, la boisson nationale. La semaine dernière, avec ces mêmes amis, nous étions au Chili donc nous buvions du Pisco Coca. Ce n’est pas toujours facile de s’adapter à ces fréquents passages de frontières...

Mercredi 6 janvier :

Après l’école, nous allons nous enregistrer au Centre des Visiteurs. Cette démarche est obligatoire pour aller randonner dans le parc. Ils vérifient que l’on soit bien chaussé, que l’on ait pris de la crème solaire et au moins 1 litre d’eau par personne. Le guardaparque prend également un numéro de téléphone d’un contact français au cas où nous nous fassions attaquer par un puma. Rassurant.
Nous partons donc randonner environ 3 heures sur le sendero du Cerro El Leoncito. De difficulté moyenne, sauf sur les dernières centaines de mètres, le sentier de 8 kilomètres traverse des paysages aussi grandioses que lunaires.



Nous sommes au milieu de collines caillouteuses de toutes les couleurs. Chaque ondulation du sol offre une couleur différente et passe du violet au vert au noir... Incroyable.




Le climat aride de cette région du sud ouest de la province de San Juan donne peu de chance à la croissance des végétaux. Nous voyons simplement de petits buissons très piquants, quelques cactus et quelques graminées. Certains sont en fleurs.
 


La faune rencontrée se limite à une Chichara, sorte de cigale faisant d’ailleurs sensiblement le même bruit. Nous voyons également des cuis.

Dans le ciel, de l’allure d’un condor mais en plus petit, nous voyons un aigle Aguilá planer.
Mais à l’horizon, pas le moindre puma. Dommage. Ou pas.
Le litre d’eau par personne n’est pas de trop. Nous sommes en pleine chaleur mais heureusement la petite brise rafraîchit l’air malgré un 30° bien tassé.
Le sentier, pas très bien balisé par endroit, et un peu délicat à la fin, nous permet d’atteindre le point culminant de la rando à 2518 mètres.
La vue sur les Andes est imprenable. Nous sommes face à des sommets à 5000 et 6000 mètres.

Au pied de la Cordillère, nous voyons le Barreal Blanco, grande étendue de terre dont je vous parlerai dans quelques lignes.

De retour au camping-car, nous enchaînons avec le deuxième sentier du parc, assez court mais qui nous plonge au cœur du canyon du río El Leoncito.







Petite pause agréable et très rafraîchissante à la cascade El Rincón.
Nous disons au revoir à la famille Lecomte qui reste ce soir dans le parc. Nous rejoignons la route principale que nous traversons avant d’arriver au Barreal Blanco.
Nous roulons à 80 km/h sur une gigantesque plaine d’argile qui s’étend sur 14 km de longueur et 5 km de largeur. Un vent puissant de la Cordillère appelé Conchabado souffle en permanence et a donné l’idée à un Belge qui passait dans le coin de proposer des activités de char à voile. Pour à peine 20€ pour nous 4, nous nous offrons un baptême lancé à plus de 80km/h au ras du sol.






Le temps est orageux sur la Cordillère et offre des vues superbes sur les montagnes. Petit moment de régal en cette fin de journée.



Nous continuons la route sur une trentaine de km.


Nous nous posons pour bivouaquer sur la place de Barreal. Nuit tranquille entre le commissariat et l’hôpital.

Jeudi 7 janvier :

Matinée école puis bullage. Nous cherchons un début de rando que nous ne trouvons pas sur les hauteurs de Barreal.
Nous traversons des rues en terre où de nombreuses maisons sont construites en adobe.
Aux alentours des villes et villages, comme souvent en Argentine, de nombreux détritus jonchent cette belle nature. C’est le verso de la carte postale.
La gestion des déchets est assez compliquée et ils sont souvent enfouis ou brûlés dans des décharges à ciel ouvert. Le tri des déchets est très limité ici.
L’après-midi, nous partons pour parcourir quasiment 300 km. La route traverse des paysages de western. Les collines érodées sont magnifiques, d’autant plus sous ce ciel menaçant.
Nous faisons une pause au site El Cerro El Alcazar.

Il s’agit d’une étonnante et impressionnante montagne barrée horizontalement par des strates géologiques de toutes les couleurs.








Les éclairs fendillent le ciel gris, l’orage gronde et résonne. Ambiance extraordinaire. Dans ce site, se déroulent d’ailleurs des concerts de musique classique, ce qui doit être superbe.
La route traverse des petits villages construits là aussi en adobe.


Nous continuons notre chemin. Par endroit, l’excellent bitume ne l’est plus et devient chaotique. La route n’est pas large et des éboulements en occupent une partie.

Nous traversons d'autres villages sans âmes et abandonnés. Ils ont certainement connus leurs gloires du temps où les mines étaient en activité. Pendant des dizaines de kilomètres, il n’y a pas de trace de vie humaine.
L’altitude de notre parcours varie de 1000 à 2500 mètres d’altitude.




Puis, après avoir traversé la ville de Rodeo, nous descendons à la Dique Cuesta del viento, un lac de retenue récent qui a noyé des roches roses et blanches aux formes incroyables, créant des îles, des plages.

Le Zonda, vent sec et violent du Pacifique souffle très fort pour le grand plaisir des véliplanchistes et kitesurfers du monde entier.
Nous retrouvons par hasard, Marie et Manu et leurs enfants Auria et Youenn avec qui nous partageons une nouvelle agréable soirée dans un bivouac de rêve.






Article suivant : Argentine du 8 au 13 janvier : Cañón de Talampaya, Vallée de la Lune-Ischigualasto, Chilecito, Fiambalá