vendredi 29 avril 2016

Equateur, Pérou du 18 au 25 avril : lagune de Quilotoa, Puerto Pizarro, Catacaos, Huaca Rajada, Huaca El Brujo

2 158 km parcourus du 18 au 25 avril
27 731 km parcourus depuis le départ





Lundi 18 avril :

Nous avons passé la nuit sur le parking près de l’aéroport où nous sommes arrivés hier soir suite à notre séjour aux Galápagos. La matinée est consacrée à un peu de rangement, des lessives, à refaire les pleins et à contrôler les niveaux avant de reprendre la route. Et puis, les vacances sont terminées, il faut aussi reprendre l’école. Que de choses à faire, on est débordés !
Nous prenons la route vers le sud. Il va falloir à présent rouler car nous avons rendez-vous dans 12 jours à Lima à 2 000 km de là, avec mon papa et Alexandre, le frère d’Audrey qui nous rejoignent pour passer 3 semaines avec nous. Il ne s’agit pas d’être en retard à l’aéroport pour les accueillir... Il paraît qu'ils arrivent avec des croissants !
La route se passe bien malgré nos craintes suite au puissant séisme de 7,8 sur l’échelle de Richter qui a secoué l’Equateur avant-hier. Il s’agirait du plus violent depuis près de 80 ans pour l’Equateur. Les axes routiers fermés se situent autour de la zone de la catastrophe. Nous ne voyons rien de particulier autour de nous, les dégâts se concentrant autour de l’épicentre et de la ville de Pedernales sur la côte qui est anéantie. On parle déjà de centaines de victimes. C’est dramatique pour la population.
Nous passons les 4 000 mètres d’altitude en nous dirigeant plein ouest. Ça nous change avec l’altitude des Galápagos d’hier matin ! Nous adorons traverser ces paysages andins si typiques avec les montagnes cultivées jusqu’aux cimes sur des pentes vertigineuses. Nous sommes dans les paysages appelés Páramo. Sur ces petites parcelles, les travailleuses et travailleurs sont vêtus de jolis habits de couleurs qui tranchent sur les différentes nuances de vert.




Il fait froid, les hommes et les femmes portent ponchos ou châles et sont coiffés de leurs élégants chapeaux de feutres.
Nous voyons pour la première fois des petites huttes couvertes de chaumes. On ne sait pas si elles ont un rôle d’habitation ou juste de bergerie.

Les moutons sont cloisonnés dans de petits enclos.
Bivouac en sécurité au cas où il y ait des répliques du séisme au milieu de la place du village de Zumbahua qui paraît bien tranquille. Mais comme d’habitude, les chiens vont hurler toute la nuit et dès 6 heures du matin, musique à fond et messe en plein air sur la place.

Mardi 19 avril :

Le ciel est dégagé et le soleil fait son apparition. Nous remettons à plus tard dans la journée l’école et montons de bon matin à 3 920 mètres d’altitude à la lagune de Quilotoa. Par chance, les rayons du soleil jouent à cache-cache avec les quelques nuages et nous offrent des reflets incroyables sur cette caldera de 3 km de diamètre 400 mètres plus bas que le mirador où nous sommes.

Les eaux de ce lac de cratère virent du vert turquoise à la couleur émeraude. Le lac est entouré de hautes falaises déchiquetées où la végétation a repris ses droits. Nous empruntons le sentier escarpé qui nous mène sur les bords du lac. En chemin, les couleurs de l’eau changent sans cesse. C’est magnifique.







Pour la remontée, nous louons les services d’un muletier qui, accompagné de ses 3 montures, nous évitera un sacré effort de marche. On est quand même à 4 000 mètres et le souffle est court. D’autant plus que nous venons de passer 12 jours à l’altitude du bord de mer et que nos organismes ne sont plus habitués.

Petits achats au marché artisanal où les Quechuas de la montagne vendent à prix raisonnables de jolis tissages en laine d’alpagas.
Demi-tour et nous nous arrêtons au belvédère offrant une jolie vue sur le cañón del río Toachi.
 





Là encore, les montagnes sont couvertes d’un patchwork de cultures étagées, chacune d’un vert différent. 
Pause méridienne à l’endroit de notre bivouac d’hier soir et je fais un tour au cyber café pour me renseigner sur l’état des routes car nous allons approcher de la zone du séisme pour redescendre vers la région de Guayaquil. Pendant ce temps, Audrey fait école à Anaïs et à Victor.

A un moment, une fanfare arrive sur la place. Nous croyons à une procession avec cette foule et ces immenses gerbes de fleurs. Nous accourons dehors mais malheureusement allons vite déchanter. Trois cercueils drapés de blanc suivent. Ce sont trois victimes du séisme d’avant-hier dont les obsèques sont célébrées aujourd’hui dans ce petit village de montagnes. Le cortège passe à quelques mètres du camping-car. Cela nous saisit d’être ainsi confrontés à cette triste réalité.
Anaïs et Victor, n’ayant pas vu d’images télévisées de la catastrophe, ne réalisent pas trop, même si nous leur en avons évidemment parlé. Ils se souviennent par contre de l’expérience au musée des sciences de Santiago, où nous avions vécu la simulation d’un tremblement de terre. Un peu d’appréhension.
En milieu d’après-midi, nous prenons la route et nous apprêtons à quitter la cordillère des Andes équatorienne.
Nous nous dirigeons vers les plaines proches de l’océan Pacifique. Mais nous nous en faisons tout de même un petit dernier... un dernier 4 000 mètres !
La route monte jusqu’à 4 001 mètres d’altitude avant d’entamer une vertigineuse descente qui va nous faire descendre un peu plus de 60 kilomètres plus bas à 160 mètres d’altitude. La conduite est éprouvante à travers la bruine, les nuages épais qui rendent la visibilité nulle et surtout ses interminables pentes... avec l’expérience des Andes, j’ai appris à jouer en alternant entre la pédale de freins et le frein moteur. Et je vous avoue, ce n’est pas évident. Rien à voir avec la conduite en montagnes dans les Pyrénées ou dans les Alpes. Surtout quand plus de 4 tonnes poussent... Avec du temps, de la patience et un moteur qui hurle en frôlant les 3 500 tours par minute à fond de première, nous arrivons sans faire chauffer les freins 3 heures plus tard au bas de la descente.
Nous avions prévu de faire une centaine de kilomètres de plus aujourd’hui mais n’imaginions pas passer autant de temps à sortir des Andes.
Qu’importe, nous avons du temps devant nous et puis comme ça nous dormirons plus loin de la zone sismique. Nous avons évidemment en tête les éventuelles répliques qui se produisent après un important séisme.
Nous cherchons donc à la nuit tombante un lieu de bivouac sécurisé, c'est-à-dire loin d’habitations ou d’immeubles. Nous nous réfugions sur un parking de station service à La Maná près... de la vierge. Si là, on n’est pas en sécurité, je n’y comprends plus rien... (Déjà que je n’y comprends pas grand-chose !).
La bonne nouvelle du jour, c’est que, comme à chaque fois qu’on redescend en dessous de 2 000 mètres d’altitude, ce qui n’était pas arrivé depuis plusieurs semaines, le frigo refonctionne ! Bon, il fait toujours 18° dedans mais le congél fait du froid, certes de façon aléatoire (entre -5° et +5°, il faut jongler avec le thermostat en fonction des heures de la journée et de la température extérieure) mais ça permet de garder un peu des restes pour le repas suivant et de mettre les bières au frais.

Mercredi 20 avril :

La terre a de nouveau tremblé cette nuit mais nous n’avons pas senti ces deux séismes de 6,1 et 6,3 qui semblerait-il, n’auraient pas fait de nouvelles victimes, mais semé la panique parmi les rescapés et les secouristes.
Nous prenons tranquillement la route après l’école et approchons de Quevedo. Nous sommes à présent à 140 km de Puerto Viejo, si durement touché par le séisme. A cette heure-ci, toutes les victimes ne sont pas encore sorties des décombres. Malgré la proximité de la zone sinistrée, la vie continue ici.
La Cordillère des Andes est cette fois bien derrière nous et nous allons passer la journée à moins de 50 mètres d’altitude. Les paysages plats sont très verts et plantés de millions de pieds de bananiers.
L’Equateur est le premier pays exportateur mondial de bananes et alimente 30% du marché mondial. Ce fruit représente 60% des exportations agricoles du pays. L’exploitation de la banane emploie 250 000 personnes en Equateur, dans des conditions très pénibles et pour des salaires très faibles.
Les champs sont tellement énormes que ce sont des petits avions qui traitent chimiquement les plantations de bananes.
Nous traversons également des cultures de cacaoyers où les graines de cacao poussent dans des gousses appelées cabosses.

Le cacao est un autre secteur important de l’économie de l’Equateur tout comme le café. Ces deux cultures sont essentiellement destinées à l’exportation. Difficile de trouver un paquet de café ou une petite tablette de chocolat à moins de 6 ou 7$ !
Nous traversons également d’importantes cultures de palmiers (huile de palme ?), de canne à sucre, de rizières.


Les maisons sont beaucoup construites en bois et en tôles et souvent sur pilotis.



La route n’est pas très agréable, longue, monotone. Ça n’avance pas et je double des dizaines de camions lourdement chargés de régimes de bananes. 
Dos d’ânes par dizaines et beaucoup de villages traversés ne nous feront pas faire beaucoup de kilomètres aujourd’hui malgré de nombreuses heures de conduite.



Nous sommes à 20 km de Guayaquil qui a souffert du séisme. Un toit de centre commercial s’y est effondré. Mais nous ne voyons pas de dégâts sur les routes que nous empruntons.
Les zones traversées sont marécageuses et les maisons sont parfois entièrement entourées d’eau.
Les bords de routes et parfois les milieux de routes sont occupés par des vendeurs de tout : glaces (qu’on décide à l’unanimité de ne pas tester), boissons, fruits, gâteaux, noix de coco fraîches percées d’une paille pour en boire le jus...
Il est 18 heures, nous approchons de la frontière mais n’avons pas envie de faire les formalités administratives ce soir. Nous cherchons un lieu de bivouac dans la dernière ville de l’Equateur, Arenillas. Mais la ville ne nous inspire pas confiance. On ne le sent pas. Alors nous cherchons à nous réfugier dans une station service mais deux sont fermées alors que dans tout le pays, elles sont ouvertes toute la nuit. Deux autres sont gardées par des vigiles armés de fusils et portant gilets pare-balles. Nous continuons notre chemin et sans nous en apercevoir, arrivons au panneau « Bienvenidos a Peru ». Zut, mais où est la douane ? Nous arrivons 3 km plus loin au poste de frontière du Pérou où le douanier nous indique de faire demi-tour et de retourner faire les formalités pour le véhicule en Equateur. Nous passons le panneau « Bienvenidos en Ecuador » ! Je me dirige vers le bureau des douanes et ne retrouve pas le formulaire qui m’avait été délivré à l’entrée sur le territoire. Ce papier d’importation temporaire du véhicule est pourtant indispensable pour la sortie. Frayeur, il était juste caché au milieu de la pile de documents.
Direction l’Equateur où les services de Migración des deux pays sont réunis. 2 coups de tampons sur chaque passeport. Audrey retourne au camping-car faire manger les enfants pendant que je pars faire les formalités pour le camping-car pour entrer au Pérou. Le douanier peine à retrouver les traces de notre premier passage au Pérou suite à l’erreur qu’avait fait un précédent douanier sur ma plaque d’immatriculation. Bref, je rentre au camping-car et les enfants sont déjà couchés ! Nous avons passé 2 heures à passer cette frontière très inorganisée. Dans ce sens, pas de contrôles sanitaires alors qu'en venant du Chili, on nous avait jeté quelques fruits. 
L’endroit sécurisé nous invite à bivouaquer sur le parking des douanes jusqu’au moment où à 22 heures, un douanier vient frapper au camping-car pour nous déloger. Du haut de ma capucine, je tente de négocier. "Por favor, los niños duermen..." Il me dit qu’il va voir son chef et qu’il revient juste après. On l’attend toujours...

Jeudi 21 avril :

Après ces deux journées intenses de route, nous allons nous offrir un peu de repos aujourd’hui ! Nous nous dirigeons, un peu au nord de Tumbes dans le village de pêcheurs de Puerto Pizarro réputé pour sa baie et ses îles recouvertes de mangrove.
Après négociation, nous partons en mer pour quelques heures au large du village à la découverte de la mangrove.
Le premier arrêt nous permet de découvrir la plage de l’Isla Huesso Ballena. L’eau est censée d’habitude être limpide mais les fortes pluies récentes ont brassé ces eaux mélangées entre celles de l’océan et celles du río Tumbes. Autant dire que la pause baignade dans cette eau marron ne nous donne pas trop envie surtout après ce que nous avons vécu dernièrement aux Galápagos ! On se croirait dans l’estuaire de la Charente...
Cependant, la pause est très agréable et déjeunons dans une petite paillotte où on nous sert un délicieux ceviche de Conchas Negras. Ce sont des coquillages qui sont ramassés, à marée basse, à la main jusqu’à 30 cm de profondeur dans la vase entre les racines de palétuviers formant la mangrove. Délicieux !

Petite pause réparatrice.

Notre guide nous fait remonter en bateau pour aller faire le tour de l’Isla de los Pajáros. Ces espaces protégés sont ici le paradis des oiseaux et nous en voyons des magnifiques comme par exemple les espèces suivantes : Garzeta Azul, Huaco Manglero, Garza Blanca Grande, Ibis Blanco, Zarapito, Martín Pescador (dans l'ordre des photos).





Nous voyons planer des centaines de frégates, ces fameux oiseaux des Galápagos qui gonflaient leur poche écarlate. Ce n’est pas la saison des amours ici, mais nous apprécions d’observer ces animaux de 2,50 à 3 mètres d’envergure voler et descendre pêcher sans toucher l’eau.




Nous longeons cette superbe mangrove, végétation caractéristique des rivages des zones tropicales proches d’estuaires qui provoquent des dépôts de sédiments et de vases, propices au développement de ces forêts de palétuviers sachant pousser dans l’eau salée.



Malheureusement, 35% de la mangrove a disparu au cours des 30 dernières années à cause de la sur exploitation du bois et du charbon, de l’élevage de langoustines, de la contamination par les ordures et par les déchets toxiques et de l’extension des villes.
Soudain, la végétation s’épaissit et la mangrove forme carrément un arc en dessous duquel notre barque se faufile.
Arrêt au Centro de Crianza de Cocodrillos. Il s’agit d’un centre où l’espèce de crocodiles Acutus est protégée. Dans son habitat naturel, dans le fleuve Tumbes, il a été beaucoup chassé pour sa peau et a failli disparaître.
La population est passée de 40 individus ramassés dans le fleuve Tumbes à l’ouverture du site en 2001 à près de 400 aujourd’hui. Les plus gros individus mesurent près de 4 mètres. Cette fois-ci, nous ne nous faisons pas avoir et ne demandons pas à Victor de poser pour la photo à côté de la « statue » crocodile immobile. Nous faisons le tour du parc et observons des individus de différentes tailles.



Puis, de retour en bateau, nous observons crabes rouges et un iguane vert, gros lézard de 2 mètres de long mais je n’ai pas été assez rapide pour le prendre en photo.
Retour au port après cette agréable balade entre mer et rivage. Nous allons acheter le poisson découpé en filets chez un pêcheur juste revenu de mer.



Nous prenons la route sur l’axe de la Panaméricaine Norte. La route suit l’océan bordé de longues plages et de petites villes balnéaires pas très jolies.


Nous nous arrêtons à Los Organos, petit village côtier un peu en hauteur en cas de nouvelle alerte tsunami. Il y a quand même eu plus de 400 répliques depuis le séisme et nous ne sommes pas encore si loin de l’épicentre. Mieux vaut donc prendre le maximum de précautions. J’ai repéré à quelques centaines de mètres de la station service où nous bivouaquons un lieu de repli en cas de nouveau séisme.

Vendredi 22 avril :

Nous continuons notre longue descente vers Lima, la capitale. Les villages traversés sont tristes. Il ne semble pas se passer grand-chose.

Beaucoup d’habitants patientent à regarder passer les camions et les bus, à côté des 3 paquets de chips et des 2 bouteilles de coca qu’ils attendent de vendre. Il ne passe que très peu de voitures dont les gens ne semblent pas beaucoup équipés. Ils se déplacent localement en collectivos (mini-bus collectifs) ou en moto-taxi. Sinon, ils parcourent le pays en bus. Des centaines de bus relient toutes les villes du pays, parfois éloignées de plus de 1000 km. Les voyageurs partent pour 10 ou 20 heures de trajet.
La route s’éloigne un peu de la côte et grimpe sur quelques collines désertiques.

 


Des cigognes (pas les animaux mais les machines...) puisent le gaz dans les entrailles de la terre. Les gazoducs dessinent des lignes dans le désert.
Hors des villages, des habitants vivent entièrement isolés dans de fragiles maisons construites en totora tressé et recouvertes de toits de tôles.

Soudain un bruit sourd inhabituel m’interpelle. Je demande aux enfants ce qu’est ce bruit. Ils me répondent qu’ils n’ont rien fait mais qu’ils ont vu quelque chose tomber dehors : « ça a fait comme une météorite ! ». On continue notre route à travers le désert.
Un quart d’heure plus tard, les enfants nous demandent si c’est normal que la fenêtre de la capucine soit restée ouverte. Audrey se lève pour la fermer (la fenêtre) et me demande si c’est normal qu’il n’y ait plus de fenêtre... Je m’arrête... la fenêtre s’est arrachée... Catastrophe... Demi-tour et nous voici partis à la recherche... de la « météorite » mal fermée et arrachée certainement au croisement d’un camion ! L’espoir est infime de retrouver cette petite vitre en plastique qui est tombée de 3 mètres de hauteur à 100 km/heure. Nous scrutons les bas-côtés, les fossés remplis de déchets. Au bout de 13 km, nous trouvons par chance la vitre sur le côté de la route. Elle est évidemment cassée mais est assez entière pour que je puisse bricoler et la remettre en place. C’est surtout le double vitrage qui est cassé et dont des morceaux manquent mais par chance sur la partie intérieure. Nous retrouvons l’angle cassé que je vais pouvoir recoller. On s’en sort bien.
On continue en enfilant les kilomètres au compteur. Nous arrivons à Catacaos réputé pour son marché d’artisanat. Les artisans sont spécialisés dans le travail de l’argent, du cuir, du bois... Ils travaillent dans de petits ateliers à l’arrière des boutiques l’argent en « filigranas » : les fins fils s’enlacent pour créer boucles d’oreilles et médaillons. Quant-aux autres objets d’artisanat... disons que ce n’est pas vraiment à notre goût !
L’église datant de 1547 a entièrement été détruite par un séisme en 1915, reconstruite puis de nouveau réduite à l’état de ruines par un autre phénomène naturel en 1983, celui d’El Niño et certainement à cause des pluies diluviennes. L’édifice actuel date de 1993.

Son intérieur certes joli avec sa nef unique est censé être une réplique de la Chapelle Sixtine. Bon, pour ceux qui sont déjà allés au Vatican, ça n’a quand même rien à voir !
Nous bivouaquons sur la place centrale de la ville. Nous nous endormons avec un groupe de hip-hop dansant avec musique à fond à 10 mètres du camping-car.

Samedi 23 avril :

Du désert et encore du désert... Du désert pourri par des milliers de tonnes, des millions de tonnes de déchets. Les villes sont à peu près propres et les poubelles ramassées par des camions mais ces derniers viennent décharger leur collecte en pleine nature !

Le Pérou a un passé archéologique incroyable grâce aux trésors et ruines enfouis par les civilisations depuis des millénaires jusqu’aux Incas il y a 500 ans. Il possède également de magnifiques vestiges de l’époque coloniale. Mais imaginez ce que les civilisations actuelles vont laisser aux archéologues de demain...
Ces ordures puent en se décomposant ou en brûlant. C’est immonde et certainement pas étranger à nos maux de ventre. Le nord du Pérou proche de la frontière équatorienne est plus propre de même que la partie montagneuse (à moins que la végétation ne cache la misère ?) mais cette partie du désert est pitoyable. Le pire est au sud de la grande ville de Chiclayo où sur des kilomètres à la sortie de la ville, ce sont des champs entiers d’ordures.
Nous nous sentons rassurés en voyant des véhicules encore plus en surcharge que nous ! C’est la période de récolte de la canne à sucre et nous voyons des chargements énormes...
Nous arrivons au site archéologique pré-inca de la Huaca Rajada. C’est ici que se trouvent les tombes des Seigneurs de Sipán. Leur contenu a été transféré au magnifique musée de Lambayeque que nous avions visité il y a quelques semaines en montant vers l’Equateur.
Ce site a été découvert en 1987. Le temple et le palais sont encore en cours de fouille et il reste du travail pour des générations d’archéologues. Imaginez qu’ils ont encore à gratter à la petite cuillère des pyramides cérémonielles de terre hautes de 50 mètres et larges de 100 mètres de côté !


Il y a 1700 ans, les Moche ont choisi ce lieu pour édifier l’un des plus importants centres religieux et de pouvoir et où étaient enterrés leurs gouverneurs accompagnés de leurs symboles et emblèmes de leurs investitures. Plus de 1 000 objets ont été découverts. La découverte de ces tombes serait la plus importante découverte archéologique du Pérou depuis plus de 50 ans.
Le musée est très bien fait mais les plus belles pièces issues de la fouille de la tombe du Seigneur de Sipán et de 12 autres tombes sont au passionnant musée de Lambayeque, considéré comme l’un des plus beaux du pays, le Museo Tumbas Reales. Il y a tout de même de jolies pièces de céramiques et d’objets en cuivre de la culture Mochica.







Ces pièces de poteries étaient remplies de boissons et d’aliments pour accompagner les morts dans l’au-delà comme on le voit sur cette reconstitution dans le musée.
La visite continue par l’intérêt majeur de ce site, au-delà du musée, qui consiste à visiter les lieux de sépultures du Seigneur de Sipán, des religieux, des guerriers. Ces derniers, de même que des femmes et des animaux, étaient sacrifiés à la mort du Seigneur. La plateforme funéraire que nous pouvons visiter mesure 50 mètres par 30 mètres de large et 12 mètres de haut. Il faut imaginer que cette structure monumentale était ornée de motifs polychromes peints.

El señor de Sipán mourut en 650 après JC. Il était enterré dans cette chambre funéraire de 25 m² à côté de deux jeunes hommes, trois femmes, un enfant, un gardien mutilé de ses deux pieds, un soldat guerrier, un chien et deux lamas, tous sacrifiés et ensevelis avec bijoux  et différents objets.

Puis, nous reprenons la route par 35°. Nous avons du mal à supporter cette chaleur étouffante. Déserts, zones fertiles le long des cours d’eau et villes s’enchaînent. Poussière, chiens errants, motos-taxis avec musique à fond...
Nous bivouaquons ce soir sur la place propre et bien arrangée de Magdalena de Cao. La petite place est bien tranquille et je sors avec Victor acheter 4 portions de poulets frites à 1,25€ pièce... Comme d’hab’, on vient frapper à la porte à 22 heures. J’ouvre la météorite... euh la fenêtre de la capucine. C’est le policier du commissariat en face duquel on est garé depuis quelques heures qui vient nous réveiller pour me demander ce qu’on fait là... ben on dort. Il me demande mon passeport. J’exécute. Il me dit qu’il me le rendra demain matin. Je réponds que je le veux maintenant. Il me dit que non. Je lui dis que oui. Il me dit que oui...

Dimanche 24 avril :

L’école se fera plus tard dans la journée pendant que je roulerai sur la monotone panaméricaine. Nous partons dès 9 heures visiter un des sites archéologiques majeurs de la côte nord du Pérou, le site d’El Brujo. Il s’agit d’un temple (Huaca Cao) où avaient lieu les sacrifices humains des Mochicas.
Il fait étonnamment frais ce matin. Nous sommes en bord de mer. Le brouillard, a envahi le site.
Là également, la visite commence par un très intéressant musée d’architecture très sympa en béton. Il présente le site et une jolie collection d’objets funéraires découverts lors de la fouille de ces tombes.
Le complexe archéologique d’El Brujo comprend 4 sites dont un seul est pour l’instant en cours de fouilles, la Huaca Cao Viejo.
Il y a aussi la Huaca Prieta, la Huaca El Brujo et El Poblado Colonial. La première occupation du site remonterait à 14 000 ans par des chasseurs. Depuis, des civilisations se sont développées sur ce même site (Cupisnique, Salinar, Virú de Chicama, Mochica, Lambayeque, Chimu, et même les Incas jusqu’en 1470). Même du 16ème au 19ème siècle, le site fut toujours utilisé, en témoigne les ruines restaurées de cette église chrétienne construite par les prêtres dominicains sur les restes de la place cérémonielle de l’ancien temple Moche.
Ce site archéologique montre toute la grandeur de la civilisation Moche (200-800 ap JC). Le principal sanctuaire Moche de ce site gigantesque fut utilisé jusqu’au 9ème siècle environ. Comme la Huaca de la Luna que nous avions aussi visitée, le temple présente 4 édifices superposés, construits tour à tour après la mort de chaque gouverneur. Il atteint une hauteur de 40 mètres pour une base de 120 mètres.

L’édifice principal trône devant la place cérémonielle (140 mètres par 75 mètres). Tout est construit en adobe.

La façade est toute ornée de peintures polychromes en relief. Les dessins représentent des prisonniers nus, des danseurs et un dieu guerrier brandissant la tête d’un prisonnier.







Il a été découvert en 2006, la tombe d’une jeune femme, la Señora de Cao, qui était gouverneur des Mochicas. La particularité de sa dépouille vieille de 1 600 ans environ exposée à la fin de la visite du musée est qu’elle est tatouée. Ces mystérieux tatouages restent inexpliqués par les chercheurs.
Voilà encore une visite passionnante d’un site archéologique comme le Pérou en compte des dizaines. Le ministère de la Culture du Pérou fait un formidable travail de mise en valeur de ces sites par la construction de superbes musées. Bravo !
Allez, pour changer, on reprend la route. On s’approche de Lima même s’il reste encore quelques centaines de kilomètres.
Beaucoup de murs sont toujours peints aux couleurs des candidats à l’élection présidentielle de 2016. Mais depuis notre premier passage, le premier tour est passé. Aussi, de nombreux murs sont repeints en blanc par-dessus ces couleurs criardes.
Les villes sont toujours aussi peu agréables avec leurs constructions pas finies et les fers à bétons sortant de partout. Des publicités énormes souvent aux couleurs de l’opérateur de téléphonie Claro polluent le paysage déjà vilain de ces villes.





Puis de nouveau, le désert. Mais à la différence du nord du pays, ces espaces arides et les villes qui les ponctuent sont beaucoup plus propres. Il n’y a plus de déchets qui traînent partout. Quel bonheur.


Nous traversons un endroit en plein désert où des centaines de petites « maisons » sont construites en joncs tressés. Pas d’eau courante, pas d’électricité. Mais comment font les gens pour vivre ici ?

Puis viennent les innombrables élevages de poulets le long de l’océan Pacifique.
La nuit est tombée. Pas moyen de s’arrêter en plein désert. Pas de village. Le prochain est dans plus de 50 kilomètres. Mais la route est bonne et nous permet de rouler en sécurité même si nous n’aimons pas trop ça. Finalement, nous bivouaquerons de nouveau en bordure de panam’ en station service. J’espère que ce sera la dernière pause avant l’arrivée sur Lima distante de 300 km.

Lundi 25 avril :

Vidanges et pleins à la station avant de prendre la route. Puis c’est reparti sur ce long ruban d’asphalte au travers un paysage de dunes avec en toile de fond le Pacifique. Les paysages sont jolis et très propres.




Sur la route, quelques camions chargés plus qu’il n’en faut de canne à sucre.



Nous approchons de la capitale du Pérou avec ses quartiers qui envahissent les collines autour de la ville.



Il est 13 heures et  ne reste plus que 10 kilomètres avant l’adresse que nous avons pour bivouaquer dans le quartier de Miraflores à Lima. Nous continuons mais mettons une bonne heure pour venir à bout de cette circulation infernale. Les véhicules arrivent de tous les côtés et se faufilent sur des files qui n’existent pas. Il faut avoir l’œil partout et la conduite est vraiment compliquée.
Nous arrivons dans le quartier résidentiel chic de Miraflores. Il y a des caméras et des vigiles partout. Mais il n’y a aucune place pour garer nos 7,30 mètres de long. Nous tournons une heure de plus avant de trouver enfin une place. On est garé devant un resto un peu classe. On verra bien s’il accepte que nous restions 4 jours devant chez lui, en attendant mon papa et mon beau-frère Alexandre qui atterrissent samedi matin. On aimerait bien car c’est super sécurisé (et ça ne nous semble pas un luxe à Lima), il y a le wifi et en plus, on est au pied du bus pour rejoindre le centre historique.

Je vous laisse avec notre "ami" Dany le nain qui pour une fois n'est pas mécontent de sa dernière escapade aux Galápagos. Ça change !